Accueil Quelques principes Aérothermie Témoignages F.A.Q. Demande de renseignements Contactez-nous

Foire aux questions
Constate-t-on vraiment un tournant vers les énergies renouvelables ? Oui, on a pu noter une avancée spectaculaire des énergies renouvelables en France en 2005 et 2006. Certes, les crédits d'impôt dont les dispositions ont été adoptées ont largement participé à cet essor. Il reste cependant que la maîtrise de l'énergie est aujourd'hui plus que jamais d'actualité en raison du coût vertigineux atteint par les énergies fossiles (gaz, pétrole et charbon) et de leur épuisement programmé.
Les progrès sont donc notables dans le développement des technologies envers les énergies renouvelables.
Pour preuve: la consommation d’énergie est devenue un critère de choix pour plus de la moitié des français.

Lors d'un remplacement ou d'une modification de leur installation de chauffage, leur critère de décision, pour plus de 70% des investissements, a concerné en premier lieu le niveau de confort et la future consommation, en second lieu la durabilité dans le temps.
Une page est tournée, le « bon-marché » se révèle trop souvent très gourmand en énergie, et à terme, la consommation peut représenter plusieurs fois le montant de l'investissement initial.
Faut-il investir dans son chauffage ? Oui, plus que jamais, car de cette dépense, dépendront notre tranquillité et notre confort de vie pour longtemps. Le financement d'une bonne installation devient un réel investissement, qui donnera une plus-value à notre habitation, et ceci en plus du bien être dont nous bénéficierons au quotidien. En revanche, le remplacement d'un chauffage, ou sa modification, acheté trop bon marché se révèlera la plupart du temps très gourmand en calories, et n'apportera aucune valorisation de notre patrimoine...
Un bon chauffage estil celui qui coûte le plus cher ? Heureusement non! Le meilleur est tout simplement celui qui offre le meilleur rapport « qualité / confort / coût d'investissement et d'exploitation » pour notre habitation. C'est pour cette raison qu'il n'existe aucune solution universelle et qu'il est indispensable de choisir, au cas par cas, la meilleure énergie, ainsi que le système de chauffage le mieux adapté à notre situation particulière, en prenant en compte les paramètres d'isolation, le degré de confort souhaité, le nombre d'utilisateurs, ainsi que la sensibilité de chacun.
Un bilan thermique s'impose, indispensable, celui-ci prendra en compte l'ensemble de ces données, et permettra de s'orienter vers la technologie appropriée.
Est-il préférable de choisir une installation économique à l'investissement, ou économique à l'exploitation ? En fait, notre installation doit réunir deux paramètres. Il est en effet impératif de raisonner en coût global lorsque nous décidons de notre installation, qu'elle soit neuve ou qu'il s'agisse d'un remplacement ou d'une rénovation.
Le budget dédié à l'investissement doit être défini selon nos besoins et nos possibilités, en sachant toutefois que s'il est trop faible, il pénalisera notre confort et augmentera les coûts d'exploitation... Ces derniers pourront, en effet varier du simple au double en fonction de l'énergie retenue, des matériels sélectionnés, mais également de la qualité de notre installation. À l'inverse, un budget trop important peut se révéler inutile.

Bien choisir son énergie et faire confiance à un professionnel qualifié pour la sélection des équipements, ainsi que leur poses sont donc indispensable, l'objectif de l'installation est d'offrir pendant au moins une quinzaine à une vingtaine d'années, un bon rapport coût d'investissement / confort / coût d'exploitation.
Ai-je vraiment le choix de mon énergie ? Cela dépend , tout d'abord certaines zones ne sont pas desservies pour toutes les énergies traditionnelles (l'accès au gaz naturel ne concerne pas l'ensemble du territoire, par exemple). Ensuite, certaines configurations peuvent également nous interdire l'accès à une énergie ou à un système de chauffage: impossibilité d'aménager une aire de stockage pour le fioul ou le bois, de réaliser un conduit d'évacuation des fumées ou un manque d'espace pour la mise en place d'un réseau de capteurs enterrés, par exemple. Enfin, il n'est pas toujours judicieux d'installer certaines énergies dans certaines régions. Le bois doit être impérativement choisi si l'on peut se fournir à bon prix et à proximité de chez soi, le solaire lorsque la zone est ensoleillée, etc... Mais il existe une alternative: l'aérothermie, plus connue sous la dénomination de thermodynamie ou thermodynamique.
Grâce à son échangeur (air/air ou air/eau), elle permet de capter les calories sans gros travaux, sans capacité de stockage et ne réclame aucune autorisation puisque l'air est disponible au gré des vents. Loi de la physique, l'air fait partie du 4ème élément ; il est disponible en permanence, il n'est pas quantifiable, et certaines installations peuvent fonctionner jusqu'à -20°C.
Faut-il faire réaliser un bilan thermique ? Ce diagnostic est indispensable, il consiste à prendre en compte le niveau d'isolation, la technique de ventilation, la situation géographique (donc climatique), l'orientation (prise en compte de l'ensoleillement) et les parois froides. Les avantages et les inconvénients thermiques du bâti permettront de définir avec précision, calculs à l'appui, les justes puissances à installer, qu'il s'agisse de la chaudière (s'il y en a une) ou des émetteurs. Nous devons en effet disposer de suffisamment de puissance afin d'assurer notre confort, mais a contrario ne pas trop la surestimer, dans le double objectif d'économiser l'énergie et de garantir un confort idéal.
Pour un remplacement ou une rénovation, le bilan thermique est également obligatoire : une ancienne installation, par exemple, a pu être surdimensionnée, et il n'est donc pas question de la remplacer à l'identique sans effectuer un certain nombre de calculs précis.

Copyright © 2008 ZF ESI Tous droits réservés.Mentions légales Connexion interne